Bienvenue sur notre site…
Panier 0

Comment gérer les cauchemars et les réveils nocturnes ?


Un enfant qui se réveille en pleurant, appelle ses parents, peine à se rendormir : c’est une situation typique que connaissent tous les parents, confrontés aux cauchemars des plus grands, aux éveils nocturnes des tous petits. Comment gérer les cauchemars et parvenir à rassurer nos bambins ? Comment retrouver des nuits sereines et éviter les éveils nocturnes ? YAKOLO® vous aide à faire le tour de la question.

De 3 à 10 ans, les cauchemars font partie du développement de l’enfant

Les cauchemars apparaissent généralement vers l’âge de 2 à 3 ans, et deviennent plus fréquents entre 5 et 10 ans. Ils surviennent plutôt en fin de nuit, pendant la phase du sommeil paradoxal. Parfois, cela réveille l’enfant, qui, angoissé, pleure et appelle ses parents. A ce moment-là, il est capable de raconter le mauvais rêve en détails.

Les cauchemars n’ont rien d’inquiétant, ils font partie du développement psychologique de l’enfant. Les peurs, préoccupations ou situations inhabituelles de la journée sont « traitées » par le cerveau et peuvent ressurgir sous différentes formes durant la nuit. Les cauchemars sont ainsi plus fréquents durant les périodes de changements majeurs ou de bouleversements de l’équilibre familial (déménagement, divorce des parents, arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur, deuil familial, entrée à l’école). Ils peuvent aussi marquer les paliers de progression de l’enfant qui « digère » ainsi une acquisition, une difficulté d’apprentissage. Rien d’inquiétant donc, tant que les cauchemars restent ponctuels et d’intensité modérée.

 

Comment aider votre enfant à se rendormir après un cauchemar ?

Après un cauchemar, prenez le temps de rassurer votre enfant. Ne minimisez pas ses peurs, demandez-lui plutôt de vous raconter son mauvais rêve et inventez une fin positive, où il triomphera du loup et regagnera sa maison sain et sauf !

Rappelez-lui que vous êtes tout près de lui, mais ne le laissez surtout pas venir dormir dans votre chambre. Cela risquerait d’instaurer très rapidement une mauvaise habitude et induirait également que sa chambre à lui n’est pas un lieu sûr, ce qui serait contre-productif ! Avoir une petite lumière douce dans le coin de sa chambre peut aussi l’aider. YAKOLO® joue très bien ce rôle, avec la possibilité de régler l’intensité de la lumière.

Si les cauchemars tournent toujours autour du même thème (monstre, loup), demandez à l’enfant de dessiner son cauchemar. C’est une solution idéale pour dédramatiser les choses.

 

Entre 3 et 6 ans, les terreurs nocturnes ne nécessitent aucune intervention

Votre enfant se met à hurler et semble terrifié, très agité. Les yeux ouverts, il tient un discours incohérent et ne semble même pas vous reconnaître. Voici une manifestation assez flagrante d’une terreur nocturne, crise inconsciente qui peut durer plusieurs minutes.

Impressionnantes, ces crises surviennent en sommeil profond, en première partie de nuit, chez des enfants âgés de 3 à 6 ans. Les garçons seraient beaucoup plus sujets à ces crises, surtout de façon précoce, avant 2 ans.

Si votre enfant est victime d’une terreur nocturne, n’essayez surtout pas de le réveiller. Assurez-vous qu’il est en sécurité dans son lit, sans risque de chute due à l’agitation, et attendez que la crise passe.

S’il se réveille de lui-même, rassurez-le pleinement sans sur-réagir pour ne pas l’inquiéter (il n’a pas conscience de ce qui vient de se passer). Laissez-le se rendormir seul, c’est primordial pour éviter qu’il ne réclame systématiquement votre présence au moment de ces éveils.

 

Avant trois ans : les réveils nocturnes

Les réveils nocturnes sont fréquents et normaux chez les enfants. Les tout-petits de 1 an à 3 ans se réveillent d’ailleurs en moyenne trois fois par nuit, et se rendorment pratiquement tout de suite. Mais parfois, l’enfant se met à pleurer, incapable de se rendormir seul. Attendez un peu, ne vous précipitez pas, car il lui faut parfois au moins 5 minutes pour se rendormir seul. S’il n’y parvient pas, parlez-lui, caressez le dans son lit, mais sans le prendre tout de suite dans vos bras. Ressortez ensuite de sa chambre et laissez passer au moins 5 minutes. S’il ne se calme pas, répétez l’opération en espaçant de plus en plus vos visites.

Il est très important que l’enfant s’endorme seul le soir puis se rendorme seul la nuit : si l’habitude est prise de se rendormir en la présence d’un parent, elle devient très difficile à corriger par la suite…

Un sommeil paisible et réparateur se travaille en amont : instaurez des moments d’échange de qualité avec votre enfant pour qu’il puisse exprimer ce qu’il ressent, soignez le rituel du coucher, pierre angulaire d’un sommeil de qualité, et bannissez les écrans durant l’heure qui précède le coucher.

 

Cauchemar Enfants Eveil nocturne Réveil nocturne Sommeil Terreur Nocturne YAKOLO®



Article précédent Article suivant