Bienvenue sur notre site…
Panier 0

Nos enfants vieillissent-ils trop vite ?

Nos enfants paraissent devenir de plus en plus tôt des adolescents, dans leur comportement, leur manière de s’habiller et de consommer. Comment préserver les dernières années de leur enfance ? Comment accompagner cette transition vers une adolescence de plus en plus précoce ? En tant que parent, on se sent parfois démunis face à ces enfants qui étaient hier encore de grands bébés et qui s’imposent tout à coup comme de minis adultes.


Ce sont ces lolitas qui insistent pour partir à l’école avec du rouge à lèvres et passent de plus en plus de temps devant leur miroir à travailler leur look, ces jeunes garçons qui frisent de plus en plus l’insolence alors qu’ils ne sont pas encore entrés au collège : les comportements typiques des adolescents, qui s’observaient auparavant entre 13 et 15 ans, apparaissent de plus en plus tôt.
La pré-adolescence fait son entrée dans les dernières classes de l’école primaire, l’adolescence bat son plein au collège.

 

Une société qui pousse nos enfants à grandir prématurément

Dessins animés et médias valorisent l’image du mini adulte, les marques de vêtements adaptent les looks tendances en version enfantine : de plus en plus, l’image de l’enfant se rapproche de celle de notre clone miniature version « cool et branché ». Les scientifiques sont formels : l’âge de la puberté n’est pas beaucoup plus précoce qu’auparavant. C’est davantage dans l’attitude que nos enfants singent les grands. Ces digital natives grandissent abreuvés des images renvoyées par les médias, largement prescripteurs en termes de consommation. Jamais nos enfants n’ont eu si tôt un accès aussi large à l’information, au travers du prisme des réseaux sociaux, sur leur tablette, leur smartphone.

 

Les copains se chargent d’entretenir l’émulation, avec le risque, pour celui qui « fait bébé », ou qui ne respecte pas les codes vestimentaires, comportementaux, d’être mis au banc du groupe.

Pourtant, si nos enfants adoptent très vite le look et l’attitude des adolescents, ils ne sont pas pour autant plus autonomes qu’avant, au contraire. La génération précédente (celle des trentenaires/quadragénaires actuels) se rendaient souvent seuls à l’école primaire : ce n’est plus le cas. Des sondages et enquêtes récentes montrent qu’avant 11 ans, il est très rare que les enfants se déplacent seuls. De même, les devoirs scolaires et les menus travaux de la maison sont largement encadrés par les parents jusqu’à 13 ans. Les jeunes adultes peinent de plus en plus à prendre leurs responsabilités et leur envol. Il reste donc un profond décalage entre l’image et l’attitude de nos précoces adolescents, et leur autonomie.

 

Alors comment accompagner nos enfants dans cette adolescence précoce ?

Il est très important de mettre des cadres et des règles pour que l’enfant sache entre quelles limites il doit naviguer, mais aussi de préserver la tendresse et la douceur de l’enfance à la maison.

S’il est impossible et inutile de priver nos enfants de l’utilisation des écrans, il faut en revanche encadrer et accompagner leur utilisation. (Lien vers l’article : comment bien encadrer l’exposition aux écrans de nos enfants ?) Le dialogue est essentiel : il faut expliquer aux enfants comment prendre du recul face à ce qu’ils voient, sélectionner les contenus en fonction de leur âge et analyser avec eux les images que les médias leur renvoient.

Il faut expliquer à l’enfant que l’on comprend son désir de se conformer aux règles du groupe, tout en lui donnant des clés pour les comprendre et lui expliquer pourquoi on trouve tel ou tel comportement/vêtement/envie déplacée vis à vis de son âge. Il faut aussi prendre soin de valoriser son estime de lui-même, souvent malmenée à cet âge. Une mauvaise estime de soi conduit un enfant à vouloir coût que coût, sans discernement, se couler dans le moule pour être accepté.

 

Pour cela, il peut être très intéressant de le responsabiliser, de lui donner de l’autonomie dans certains domaines. Il se sentira « grand » et valorisé, et ressentira moins le besoin d’être dans le paraître. Le sport est aussi une bonne école de la vie, qui inculque des valeurs et donne aux enfants la possibilité de s’exprimer au travers d’une passion.

 

Notre rôle en tant que parent, est donc d’accompagner notre enfant, de l’aider à naviguer entre ce qui lui reste d’enfance et ce désir de grandir. Et aussi de l’encourager largement à conserver l’innocence, la naïveté et la tendresse de l’enfance…

Adolescence Autonomie Enfants Pré-adolescence YAKOLO®



Article précédent Article suivant